L’encadrement de la rétroaction : un élément essentiel de l’interprétation d’une évaluation multisource

le 29 juillet, 2021

Par le Dr Tom Lloyd, Directeur, Institut de sécurité Saegis

Au fil du temps, l’expérience m’a montré qu’un accompagnateur peut jouer un rôle important d’apprentissage et de réflexion auprès des professionnels de la santé et celui-ci devrait être considéré comme un outil essentiel pour la croissance et le développement professionnel. En effet, l’encadrement par un accompagnateur peut être particulièrement utile pour les médecins qui veulent donner un sens constructif à la rétroaction reçue lors d’une évaluation multisource.

Saegis, une filiale de l’Association canadienne de protection médicale (ACPM), s’est associée au Conseil médical du Canada (CMC) pour encadrer les médecins participant au programme de rétroaction CMC 360. L’outil d’évaluation de ce programme recueille des données sur les participants auprès de sources multiples : des collègues médecins, des collègues non-médecins et des patients, et comprend une auto-évaluation effectuée par le médecin participant.

Saegis est particulièrement bien placé pour être un partenaire d’encadrement pour le CMC 360. Grâce à notre relation avec l’ACPM, nous avons une vision unique des défis auxquels les médecins sont confrontés tous les jours.

Un encadrement qui améliore les performances de l’outil

En fonction des données du CMC 360, les médecins reçoivent un rapport de rétroaction qui leur permet de réfléchir à leurs rôles CanMEDS en tant que communicateurs, collaborateurs et professionnels. Même lorsqu’elle est présentée de la manière la plus constructive qui soit, la rétroaction n’est pas toujours facile à recevoir et à interpréter. L’encadrement devient donc un élément essentiel pour une expérience réussie avec le CMC 360. En effet, la recherche sur l’enseignement médical montre que lorsque les médecins reçoivent un rapport sur leur performance, même si les lacunes sont évidentes, un suivi de soutien est nécessaire pour favoriser l’apprentissage ou un changement de comportement.[1]

L’encadrement de Saegis fait appel à des accompagnateurs expérimentés qui aident les participants à interpréter leur rapport de rétroaction, à considérer la rétroaction de manière objective et constructive, et à élaborer un plan d’action. L’encadrement se déroule en deux séances d’une heure : la première immédiatement après la réception du rapport par le médecin, et la seconde quatre à six semaines après la première séance. Saegis personnalise l’expérience d’encadrement pour chaque participant.

Le modèle d’encadrement R2C2

Nos accompagnateurs utilisent le R2C2, un modèle d’encadrement réfléchi fondé sur des données probantes. C’est une approche que nous trouvons très efficace pour les médecins. Le modèle passe par quatre phases clés :

  1. Bâtir des relations
  2. Explorer les réactions
  3. Explorer le contenu et
  4. Encadrer pour changer

Les conversations qu’ont nos accompagnateurs avec les participants mènent à des échanges approfondis et des réflexions sur la performance du participant, ce qui fonctionne bien et ce qui peut être amélioré.

Inscrivez-vous au CMC 360

Je vous invite à en apprendre davantage sur le CMC 360 et à vous inscrire au programme sur le site Web du CMC. Pour obtenir plus d’information, vous pouvez aussi contacter Saegis à info@saegissolutions.ca ou au 1-833-435-9979.


[1] Bracken et Rose, 2011 ; Ferguson et coll., 2014 ; Sargeant et coll., 2007 ; Sargeant et coll., 2005

Inscrivez-vous au bulletin électronique de Saegis

Inscrivez-vous ici pour recevoir des mises à jour occasionnelles par e-mail sur les programmes Saegis, ainsi que des informations sur la sécurité des patients et la gestion de la pratique.